NEUMANN (V.)


NEUMANN (V.)
NEUMANN (V.)

Václav NEUMANN 1920-1995

Héritier de la tradition de la direction d’orchestre en Europe centrale, Václav Neumann a continué à exercer dans son pays natal et il est resté pendant un quart de siècle à la tête de la Philharmonie tchèque. Il s’est imposé comme un grand interprète de Mahler.

Il naît à Prague le 29 septembre 1920 et fait ses études au conservatoire de sa ville natale, où il étudie le violon avec Josef Micka et la direction d’orchestre avec Pavel D face="EU Caron" ガde face="EU Caron" カek et Metod Dole face="EU Caron" ゼil (1940-1945). Avant même d’avoir terminé ses études, il se tourne vers la musique de chambre, dans la grande tradition tchèque, et participe à la fondation du Quatuor Smetana, qui porte d’abord le nom de Quatuor du conservatoire de Prague. Il y tient les parties de premier violon (1940-1943) et d’alto (1943-1946). En 1945, il est nommé alto solo de la Philharmonie tchèque et fait, trois ans plus tard, ses débuts de chef d’orchestre avec cette formation, comme assistant de Rafael Kubelík. Il est ensuite premier chef de l’Orchestre symphonique de Karlovy Vary (1951-1954) et de l’Orchestre philharmonique de Brno (1954-1956). Puis il dirige régulièrement à la Komische Oper de Berlin-Est (1955-1964), où il donne, en 1956, la première représentation allemande de La Petite Renarde rusée de Janá face="EU Caron" カek dans une réalisation de Walter Felsenstein. Ce spectacle, qui constitue une véritable révélation, connaîtra deux cent quinze représentations, dans les deux Allemagnes et à Paris (Théâtre des nations, 1957). Neumann assure en même temps la direction de l’Orchestre symphonique F.O.K. de Prague (1956-1963). Entre 1964 et 1968, il est second chef de la Philharmonie tchèque. Durant la même période, il est directeur musical de l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig et, en 1968, également directeur général de la musique de l’Opéra de Leipzig. La même année, après le printemps de Prague et l’exil de Karel An face="EU Caron" カerl, il succède à celui-ci à la tête de la Philharmonie tchèque. Entre 1970 et 1972, il est également directeur général de la musique à l’Opéra de Stuttgart. En 1971, il reçoit le titre d’artiste national de son pays natal. Il est invité à diriger les principaux orchestres du monde entier: Orchestre philharmonique de Berlin (1967), Orchestre national de France (Symphonie “des Mille” de Mahler, chorégies d’Orange, 1977), Orchestre de Paris (1981), Orchestre philharmonique de Vienne (1987), etc. En 1985, il fait ses débuts au Metropolitan Opera de New York dans Jen face="EU Caron" ヅfa de Janá face="EU Caron" カek. À la même époque, il dirige, à Paris, un cycle des symphonies de Mahler avec l’Orchestre national de France (1984-1988). Les Viennois lui décernent la médaille d’or Gustav-Mahler. Il effectue d’importantes tournées avec la Philharmonie tchèque (près de 1 100 concerts). À la fin des années 1980, il refuse toute retransmission de ses concerts à la radio ou à la télévision tchécoslovaque en signe de protestation contre le régime d’oppression auquel sont alors soumis les artistes. Après la chute du communisme, il choisit de quitter son poste en 1990 avec le titre de chef d’orchestre honoraire pour se consacrer à une carrière de chef invité. Mais, à la demande des musiciens, il reprend la direction de l’orchestre entre 1992 et 1993. Il meurt à Vienne le 2 septembre 1995.

Si l’image du chef mahlérien l’avait emporté, au fil des années, sur celle du spécialiste de la musique tchèque, Neumann était pourtant resté un ardent défenseur des compositeurs de son pays natal: Smetana, Dvo face="EU Caron" シák, Janá face="EU Caron" カek et Martin face="EU Caron" ヅ. Il a enregistré les intégrales des symphonies de Dvo face="EU Caron" シák (à deux reprises) et Martin face="EU Caron" ヅ. Il a également créé ou imposé de nombreuses œuvres de compositeurs tchèques contemporains, comme Viktor Kalabis, Josef Bohá face="EU Caron" カ, Otmar Mácha, Ji face="EU Caron" シí Pauer, Petr Eben, Ji face="EU Caron" シí Dvo face="EU Caron" シá face="EU Caron" カek, ainsi que l’opéra du Slovaque Ján Cikker d’après Romain Rolland, Le Jeu de l’amour et de la mort (création à l’Opéra de Munich, 1969). Il s’inscrivait dans la grande tradition de Václav Talich, Rafael Kubelík et Karel An face="EU Caron" カerl, et avait su maintenir au sein de la Philharmonie tchèque ce style “Mitteleuropa”, à la fois dense, incisif et transparent, fait de lyrisme et de souplesse. L’orchestre de Neumann n’était jamais opaque, toujours lisible de l’aigu au grave de la tessiture. Il possédait un sens des couleurs particulièrement flamboyant, mais jamais clinquant. Son enregistrement des Danses slaves de Dvo face="EU Caron" シák constitue un modèle de spontanéité, de rythme et de couleurs. La Philharmonie tchèque était restée, sous sa direction, l’un des fleurons culturels de l’Europe centrale, l’un des rares grands orchestres du monde à avoir échappé à la standardisation internationale et à avoir su conserver son identité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Neumann — ist ein deutscher Familienname. Herkunft und Bedeutung Neumann: „der Neue“, „der Hinzugezogene“. Varianten Naumann, in seltenen Fällen auch Näumann, ist die mitteldeutsche Variante zu Neumann. Niemann ist die niederdeutsche Variante von Neumann.… …   Deutsch Wikipedia

  • Neumann — (German for new man , and one of the 20 most common German surnames) may refer to: Alfred Neumann, German writer Alfred Neumann, East German politician Bernd Neumann, German politician Bernhard Neumann, German born mathematician Bernard de… …   Wikipedia

  • NEUMANN (B.) — En 1723 arrive à Paris un jeune architecte allemand, inconnu. Il vient soumettre à Robert de Cotte et Germain Boffrand, artistes dont la gloire rayonne sur toute l’Europe, les plans qu’il a contribué à établir pour la construction d’un nouveau… …   Encyclopédie Universelle

  • Neumann — Neumann, Franz Ernst Neumann, Johann Ludwig von * * * (as used in expressions) Neumann, (Johann) Balthasar Neumann, John von Johann Von Neumann …   Enciclopedia Universal

  • Neumann — Neumann, 1) Joachim, so v.w. Neander. 2) Kaspar, geb. 14. Sept. 1648 in Breslau; studirte in Jena, war 1673–76 Reiseprediger bei dem Prinzen Christian von Sachsen Gotha, wurde dann Hofdiakonus in Altenburg, 1678 Diakonus an der Marien… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Neumann — Neumann, 1) Johann Balthasar, Architekt, geb. 1687 in Eger, gest. 1753 in Würzburg, kam 1711 in würzburgische Artilleriedienste und bildete sich mit Unterstützung des Fürstbischofs Johann Philipp von Schönborn in Italien, Frankreich und den… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Neumann — (Johann Balthasar) (1687 1753) architecte baroque allemand: résidence des princes évêques de Würzburg (1720 1750), église des Vierzehnheiligen, près de Cobourg (1734 1772). Neumann (Johannes von) (1903 1957) mathématicien américain d origine… …   Encyclopédie Universelle

  • Neumann — Neumann, Angelo, Theaterdirektor, geb. 18. Aug. 1838 zu Wien, 1862 76 Opernsänger das., dann bis 1882 Operndirektor zu Leipzig, seit 1885 Direktor des Deutschen Landestheater in Prag …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Neumann [2] — Neumann, Balthasar, Baumeister, geb. 1687 zu Eger, gest. 1753 zu Würzburg, baute bes. im Barockstil viel für die Grafen von Schönborn; Hauptbauten: Residenz in Würzburg, Wallfahrtskirche Vierzehnheiligen, Schloß in Bruchsal. – Biogr …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Neumann [3] — Neumann, Christiane, Schauspielerin, s. Becker (Christiane) …   Kleines Konversations-Lexikon